Le vieux qui lisait des romans d’Amour

20160125_135241Ce livre est un voyage dans le pays des rêves que procure la lecture de livres d’amour et c’est aussi un voyage au pays de ceux qui vivent dans la forêt d’Amazonie, les Shuars, qui furent appelés jivaros par les premiers envahisseurs espagnols. Terme dont la signification était sauvage ou barbare. Mais qui sont les sauvages, qui sont les barbares? Si vous ne le savez pas déjà vous le découvrirez dans le livre de Luis Sepulveda.

L’auteur avait comme ami Chico Mendes (leader syndicaliste Brésilien assassiné le 22 décembre 1988). Beaucoup de gens ( comme le Chef Raoni) se battent pour que les nouveaux envahisseurs arrêtent de saccager, de voler les ressources de la forêt, pour qu’ils retrouvent le respect de la Terre qui nous nourrit. Nous sommes de plus en plus nombreux à être conscients que le futur de nos enfants passera par une écoute plus grande du message de la nature et des sages qui vivent avec elle.

Shuar-1

Leaving a mark on the communities of the Ecuadorian Amazon: Narcisa Mashienta at TEDxQuito (Sous titre en Anglais)

https://www.youtube.com/watch?v=aTVYQZj-9TM

raoni

CHEF RAONI, Amazonie, Brésil – message aux dirigeants de tous pays : « trouvez d’autres idées ! » (Sous en Français)

https://www.youtube.com/watch?v=cVX3BRhY9WM

amazonia

Le choc d’une tribu d’Amazonie en voyant notre civilisation.

https://www.youtube.com/watch?v=hPCw6tQBLkI

Chico Mendes

https://www.youtube.com/watch?v=NDEpHrfUgsU

Je me dis ce matin, en regardant tomber la neige sur la Gatineau gelée, que la question de savoir si l’humanité va s’en sortir, si elle en a envie ou les moyens, n’est pas d’actualité. L’important c’est les actions, si petites soient-elles, et les choix que je fais au présent, à chaque instant. C’est l’attention amoureuse que je me donne et que je donne à ceux qui vivent autour de moi, à tous ceux que je croisse ou que je rencontre.

20160125_135539

J‘aime la vie (je n’ai pas écris que c’était facile tous les jours) mais le plus difficile pour moi, c’est d’oser la vivre au plus proche de ce que je suis vraiment.

«  Tu ferais bien de te plaire ici pendant que tu es ici parce qu’il n’y a pas d’ici là-bas. »
Marcus. Phoebe Lauren.

Ce matin, devant moi, les flocons de neige descendent lentement dans un silence sidéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *