Et toi, vis tu ta vraie vie?

20150804_105609Ce matin, sur un sentier de la Gatineau, j’ai croisé un ours noir. Il marchait devant moi, tranquille et décidé. Voir un animal sauvage fait ma journée. Comme je venais de terminer le livre de Mylène Paquette, Dépasser l’horizon, (il était dans mon sac à dos) je me suis mis à rêver. Et au même instant j’ai su avec certitude que ce que nous avons choisis était déjà en train de se réaliser.

Une nuit de travail dans un centre d’oncologie. Mylène, préposée aux bénéficiaires à l’hôpital Sainte- Justine, est auprès de Cynthia qui vit une détresse immense, qui a le goût, submergée par la peur de laisser ceux qu’elle aime et celle de mourir, de baisser les bras. Mylène comprend que si certaines peurs sont inévitables, d’autres sont faites pour nous faire grandir et nous dépasser. Elle réalise qu’elle a tout pour réussir, il ne lui manque que de croire en elle. Alors pourquoi pas être la première à traverser l’Atlantique à la rame d’Halifax en Nouvelle Écosse au Canada jusqu’à Lorient dans le Morbihan en France? Soit 5000 km. seule dans un canoë de 7,31 mètres de long par 2,10 mètres de large.

Au départ de toutes choses importantes, grandes ou petites, il y a une décision, un objectif, un challenge ou un rêve qui née au plus profond de nous. Pour aller au bout du rêve il faut que ce soit le notre, qu’il soit au plus proche de notre essence véritable, il faut que ce soit évident, naturel, vital et facile à imaginer. Il faut être à l’écoute de l’intuition ou de cette petite voie qui vient du cœur. Pour un projet comme celui de traverser l’Atlantique à la rame ou de toutes expéditions de cette envergure, ça prend aussi quelqu’un qui a l’essence d’un leader. La moitié du livre de Mylène parle de sa volonté pour construire son rêve. Trouver l’argent, trouver les sponsors, trouver l’aide et former une équipe. Octobre 2008 à juillet 2013 est une période de doutes et d’espoirs mélangés, de sacrifices et de concessions. Mais c’est avant tout la volonté farouche de Mylène qui va lui permettre, le 06 juillet 2013 de prendre le départ à Halifax, seule face à l’océan.

20150805_070813

                                                45 minutes avant de voir l’ours

Lors de ses traversées, Mylène éprouve le plaisir et la chance d’être un élément de l’Univers, d’être à sa place, exactement là où elle doit être. Les rencontres aussi sont importantes. Le rêve de Mylène est un aimant pour ceux qui vont l’aider. Hermel, l’homme aux yeux pleins d’étoiles, Michel le routeur, la famille, les amis. J’ai beaucoup d’admiration pour Mylène car on imagine bien en lisant son livre tout ce qu’il faut de persévérance et de détermination pour naviguer pendant presque 5 ans dans les dossiers des innombrables recherches de financement pour enfin vivre 129 jours de bonheur sur l’Atlantique nord. Il n’y a pas de grands ou de petits rêves. Juste des chemins de vie différents. Il n’y a pas de bien ou de mal. Juste des actions au plus proche de nos intuitions, au plus proche de notre essence véritable. J’ai besoin de croiser des gens comme Mylène Paquette, Nicolas Vannier, Bernard Moitessier, Rupert Isaacson et même Anita Moorjani car ils ont le courage de vivre leurs vraies vies. Et toi, vis tu ta vraie vie? Toi seul a la réponse.

Malgré les obstacles, malgré l’incompréhension de certains, malgré les doutes et les peurs, (et je ne suis pas un leader), j’ai vécu plusieurs challenges à la hauteur de ce que je suis, simplement, sans prétention et de façon étonnamment évidente.

– Trouver un camion à Ghardaia en Algérie pour rejoindre Gao au Mali avec dans notre sac trois kg de dates, les trois kesra de Fatima et un jerrican de vingt litres d’eau. J’ai aimé les Touaregs, j’ai dormi dans le Tanezrouft drapé de milliards d’étoiles.

– En faisant du « bateau stop » j’ai trouvé un voilier qui m’a permit de traverser l’Atlantique via Les Açores et un autre sur une partie du Pacifique du Mexique à la Polynésie.

– J’ai choisi de retrouver mon Amour dans la jungle de Calcutta puis dans la banlieue de Lusaka. J’ai aimé vivre avec toi, sans rien, juste notre Amour et la Liberté.

– Nos enfants sont nés tranquillement à la maison. L’une sur le plateau du Vercors, l’autre au bord du lac de Laffrey (on n’avait même pas de téléphone)

– Nous avons choisi de nous installer au Québec et aujourd’hui, on est prêt à repartir vers de nouvelles aventures.

20150805_074256

                                                10 minutes avant de voir l’ours

Pour moi, ton témoignage Mylène, est très important parce qu’il est beau, émouvant et inspirant. Tu fais partie des gens qui sont allés au bout de leur rêve. Et je retiens ces deux mots : persévérance et détermination

« S’engager, c’est investir dans le présent en ayant du plaisir. S’engager permet d’apprendre. »

Quand on suit son intuition comme toi, on ne peut se tromper.

« Si vous ne comprenez pas le pourquoi d’une telle aventure, fermez ce livre et écoutez votre intuition. »

Merci Mylène.

Un film de TV Découverte sur la traversée de Mylène

http://ici.tou.tv/decouverte/S2013E39

et son site Web

http://www.mylenepaquette.com/

Et aussi le bel article de Caroline Matte sur le livre, Dépasser l’horizon.

Je suis curieux de découvrir ton « petit » rêve, Caroline:)

http://chezlefilrouge.co/author/carolinematte27/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *