Calcutta mon Amour

 

20150728_122201Relu cette semaine avec la canicule, Le Tigre Blanc d’Aravind Adiga. Une vision plus sombre, plus sinistre que ce que j’ai pu voir de l’Inde fin 92. On y retrouve l’ambiance de films comme Slumdog millionaire et Salaam Bombay. L’Inde me faisait peur. Oui ce pays est rongé par la corruption, les cafards. Le système de caste est complètement injuste. Toute votre famille sera prise en otage pour s’assurer que l’envie de sortir de la Cage à poules ne vous vienne jamais à l’esprit. « Ici, en Inde, nous n’avons pas de dictature. Ni de police secrète. C’est parce que nous avons la Cage à poules. »

Balram Halwai, le personnage narrateur de ce roman, a la « chance » d’être embauché comme chauffeur à Delhi et ces employeurs s’assurent qu’il a une grande famille. Ils lui font comprendre qu’au moindre problème, ils ont droit de vie et de mort (de mort surtout, parce que pour vivre c’est: démerde toi) sur tout les siens. Ça va faire pas mal de cadavres dans ce roman et Balram pourra profiter, seul, de sa réussite.

Alors oui, l’Inde me faisait peur. Et quand je suis arrivé au Pakistan fin 86, en route pour l’Australie, j’ai choisi de remonter sur Kashgar et de traverser la Chine. Sept ans plus tard je tombais amoureux fou d’une fille qui me proposais de la retrouver à Calcutta.

20150730_110531

Moi j’étais bien trop heureux, trop amoureux. Alors j’ai adoré l’Inde car tu me tenais la main et je voyais avec tes yeux, je voyais dans tes yeux. J’avais pas le temps pour le côté sombre et sinistre. Je te regardais, allongée, sur les lits sales des hôtels miteux de Sudder Street. Tu étais belle, comme aujourd’hui. On restait assis pendant des heures sur les trottoirs de Burrabazar devant la mosquée de Nakhoda et le trafic démentiel de ce quartier. La ville était comme toi, magnifique, vivante, souriante. Le thé avec les sadhus sous le pont Howrah, les rires des enfants dans le centre de Kalighat, le film de Balmaa, c’était tellement beau et tellement bon. Mais le vrai bonheur, c’était toi. De t’aimer et d’être aimé par toi. Un bonheur tellement fort qu’il rayonne ce matin avec la même énergie.

20150730_111209

20150730_110955

2 réflexions au sujet de « Calcutta mon Amour »

  1. Patrick LP

    Quand on voit avec les yeux de l’Amour, les choses et les gens sont attirés par cette énergie. Calcutta fut le plus beau des voyages. Ceux qui allaient suivre nous feraient grandir. Aujourd’hui nous sommes prêt pour repartir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *