Deuil et déclaration d’Amour

20150613_130339Une histoire de deuil… pour rester dans mon actualité.

Anne-Dauphine Julliand et sa famille (Loïc, Gaspard, Arthur et Azylis) accompagnent Thaïs, atteinte d’une maladie génétique orpheline. Thaïs aura une vie courte (3 ans ¾) mais une belle vie.

J’ai aimé quand Loïc (le père) annonce qu’il voudrait changer de boulot. La famille est au milieu de la tourmente.

« Thaïs est au plus mal. La fin approche à grand pas. Azylis (la sœur cadette) commence à montrer des signes inquiétants de la même maladie »

Anne-Dauphine, en plein vertige, demande à son mari :

« Mais pourquoi faire? »

« Je veux être libre »

« Libre de quoi? De tes horaires, de tes vacances? »
« Libre, simplement libre »

DSC01184

J’ai aimé, quand l’auteure, (à l’aide de son fils Gaspard) prend conscience de la différence entre l’Espoir et l’Espérance. Si j’ai de l’espoir, et que les choses ne vont pas comme je l’aimerai, alors je serais déçu.

« L’Espérance en revanche s’ancre dans la certitude de ce qui nous attend au bout du chemin »

« L’espoir ne fait pas vivre. L’espoir permet de tenir, de supporter, s’il ne s’avère pas possible, il conduit au désespoir… c’est l’espérance qui fait vivre »

– La plus grande souffrance est de sentir seul, sans amour, isolé de tous.

Mère Térésa

Témoignage d’une amie d’Anne-Dauphine (Camille) qui a perdu elle aussi un enfant.

« Le jour du premier anniversaire de la mort de son fils, je l’ai appelé dans la matinée. Elle n’a pas décroché. Plus tard dans la soirée, elle m’a rappelé. Aucun de ses amis n’avaient osé lui téléphoner »

« Jamais, lui dit Camille, je n’ai eu autant besoin d’eux qu’aujourd’hui et pourtant je n’ai jamais été aussi seule de ma vie »

Et une déclaration d’Amour en conclusion.

« S’aimer toute une vie relève d’une décision sans cesse renouvelée. L’Amour se nourrit d’actions »

C’est Loïc qui parle :

« Ce matin en me levant, j’ai pris la résolution d’aimer ma femme. De l’aimer aujourd’hui, rien qu’aujourd’hui. Jusqu’à ce soir. Et lorsque les douze coups de minuit sonneront, je renouvellerai cette décision pour la journée suivante. Et je recommencerai ainsi tous les jours de ma vie »

Ce matin, deux cerfs de Virginie ont traversés le jardin. Avec grâce et fragilité, dans un espace de liberté que je suis en train de retrouver.

 

Ce matin je m’aime, je t’aime et j’aime ma vie.

2 réflexions au sujet de « Deuil et déclaration d’Amour »

  1. Vincent Riviere

    Le souvenir reste et s’imprègne comme une vérité que je suis fier de porter. Chaque instant me rappelle à la vérité de croire ou de ne pas croire ce que je vis. Alors chaque jour je remercie l’instant de me rappeler que je suis libre de ce que je crois ou pas.
    Merci

    Répondre
    1. Patrick LP

      Oui Vincent, nous sommes libre. Libre de choisir, libre d’aimer, libre d’accepter ce que je suis… d’ombre et de lumière. Et puis ce n’est pas tellement de croire mais finalement d’être… et d’être ensemble. Les choses sont ce qu’elles sont et seront ce qu’elles sont comme le dit le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *