Écrire le sexe, c’est parfois mieux que le faire

20150121_130709Pour une fois que Dany Laferrière parle d’écriture plus que de sexe, le titre pourrait paraître accrocheur.

Mais je m’en fout. C’est juste qu’il a la bonne taille, il glisse bien et j’aime cette phrase. Livre de chronique d’un écrivain en pyjama, où est l’auteur, qui est le narrateur?…

C’est pas non plus parce que j’ai recopier les phrases que j’aimais dans l’ordre du livre que je vais me prétendre écrivain, je suis modestement un lecteur qui a pris du plaisir, beaucoup. Et aussi plein d’idées que je garde pour moi avant de m’en servir. Il y a des livres qui ne me font jamais décoller, d’autres que je survole et d’autres encore, comme celui ci, où je me vois ralentir la lecture pour mieux sentir les images dans ma tête, et faire rouler les mots dans ma bouche pour les entendre de l’intérieur.

En voici quelques unes avec mes neuf préférées en orange. Plaisir

Je lisais tout ce qui me tombait sous la main

Il n’y a rien de plus épuisant qu’une première phrase

On se sent tout de suite en intimité avec quelqu’un qui vous ouvre sa porte en pyjama

Rien de plus terrible qu’un écrivain qui a terminé son œuvre trop longtemps avant sa mort

Je reste convaincu que la meilleure école d’écriture se fait par la lecture

Émotion + musique = rythme. Si t’es à côté du beat, t’es mort

La grande aventure, aujourd’hui, c’est l’écriture

Il faut écrire au plus proche de soi, c’est la seule façon d’être original

On reconnais un bon dialogue quand on sait qui parle avant de finir la réplique

S’il y a quelqu’un qui amène toujours un souffle d’intelligence dans un roman, c’est le diable

On écrit au plus proche de soi, et c’est ce qui nous rapproche des autres

On sais qu’un chapitre est bon si l’on a envie d’aller pisser après l’avoir terminé

Si un drap est blanc, on n’a pas besoin d’ajouter qu’il est lumineux

Ne tentez pas de copier la réalité: c’est du temps perdu. Cherchez plutôt le cœur des choses

Les nomades écrivent de rapides chroniques, des notes de voyage, des nouvelles, de minces romans qui vous donnent l’impression de voler (celle là, elle est pour Haydée)

Il faut arrêter d’écrire dés qu’on a sommeil

Cela peut pendre toute une vie pour écrire avec la gravité d’un enfant qui joue

Trois éléments sont fondamentaux dans ce métier : voir, entendre et sentir

Écrire le sexe, c’est parfois mieux que le faire (bis) plusieurs fois c’est mieux

« On ne peut pas rêver d’être un écrivain sans le courage de s’exposer »

C’est mieux de garder les vrais noms dans la première version…

Quand vous cherchez depuis un moment à décrire la pluie qui tombe, essayez : il pleut

Le premier devoir d’un titre, c’est de faire plaisir d’abord aux yeux, et ensuite à l’oreille

Ne croyez surtout pas que ce soit si facile de faire simple. L’art ultime

On est plus efficace quand on parle de ce qu’on sait, mieux de ce qu’on est. N’y voyez là aucune facilité, car on doit d’abord trouver qui on est, et ensuite chercher à exprimer cette nature.

Ce n’est jamais l’anecdote qui compte, mais la façon de raconter

Un roman se fait aussi avec une paire de ciseaux et un pot de colle

Tout en conservant le texte complet à retrouver si on estime avoir trop coupé

Je n’aime surtout pas qu’on m’impose des règles

Un écrivain doit défendre jusqu’à la dernière goutte d’encre sa liberté

Et l’une des premières libertés est celle de danser avec le corps de phrases qu’est un manuscrit

Le talent n’est pas assez. Il faut le sacrifice humain

Ayez votre carnet sur vous en tout temps et notez les détails qui vous paraissent insignifiants

Vous ne parlez pas chat? Vous avez tort, car cela aurait fait de vous un meilleur écrivain

Et j’ai écris aussi pour voyager. Le voyage de l’écriture

Personne ne peut vous apprendre à écrire. Cela exige une trop grande plongée à l’intérieur de soi

Très peu d’écrivains peuvent remonter avec autant d’aisance qu’un enfant à la source du récit, le récit qui fait autant plaisir à celui qui le raconte qu’à celui qui l’écoute.

Le seul lieu qui compte, c’est cette île que vous pouvez retrouver en tout temps

Un livre n’est pas terminé tant que vous n’avez pas commencé le prochain

« Je ne fais rien sans gaieté » Montaigne

Si nous faisons l’expérience du voyage, nous serons étonnés de notre capacité d’adaptation

En fait, il suffit d’être ailleurs sans possibilité de revenir en arrière pour s’y faire

Il y a un moment où l’on doit oublier d’être écrivain si on veut en rester un

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *