Dés l’instant où vous suivez quelqu’un…

Dés l’instant où vous suivez quelqu’un, vous cessez de suivre la Vérité.
C’est Krishnamurti qui l’écrit. Pourquoi mettre une majuscule à vérité. Par les temps qui courent, elle sent bien trop mauvais…

Cette semaine, un livre de Krishnamurti, pour une citation qui disait, laisser les religions, essayer en premier l’humanité. Krishnamurti répète souvent que pour être libre il faut se détacher de toutes les peurs. Que c’est en se changeant de l’intérieur que nous pourrons changer notre monde.

encre

À la question :

« S’il y a un fou en liberté et qui se met à tuer les gens, et si l’on a la possibilité de l’en empêcher en le tuant à son tour, que doit-on faire? »

Krishnamurti répond :

« Donc tuons tous les présidents, tous les tyrans, tous les voisins et nous-mêmes. Non ne riez pas. Nous avons, par notre propre violence, contribué à l’état où se trouve le monde… Pour susciter un autre mode de vie, il faut le susciter, non pas pour les autres mais pour soi-même, parce que l’autre c’est soi-même. »

16 juillet 1970 dans l’impossible question.

20150105_093444

Et pour terminer, puisqu’on a jusqu’à fin janvier pour présenter nos vœux…

Que la nouvelle année soit douce, chaude ou parfumée, bref qu’elle soit exactement comme vous la souhaitez.

 

3 réflexions au sujet de « Dés l’instant où vous suivez quelqu’un… »

    1. Patrick LP

      Je pense comme toi, Vincent, que nous avons chacun notre vérité. Et que celle si n’est pas figée, ou définitive. Elle change au court de ma journée, elle a la couleur chaude au soleil levant, plus froide vers le midi en fonction de la saison, sombre et plein d’étoile à la noirceur. Finalement la vérité ça n’a pas beaucoup de consistance ni même d’existence puisque que ça change tout le temps. Il nous faudrait déjà nous rapprocher du moment présent. Mais finalement c’est quoi le moment présent ? Pour l’instant je médite sur ta « petite » phrase cadeau. Merci

      Répondre
      1. Vincent

        Bonjour ou bonsoir
        Ce qui est bien dans un commentaire c’est qu’il n’y a pas cette notion de temps, on peut le relire, s’arrêtait et reprendre sans contraintes de temps.
        Ça me fait penser à ces moments de méditation ou tout est permis même d’avoir confiance, ou toutes ces notions qui balisent notre vie n’existent plus, ou l’on peu puiser au plus profond de soi et revenir libre de tout attachement.
        J’aime cette notion de confiance ou l’instant devient notre puits infini d’inspiration.
        Merci

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *