Écrire pour vivre : deuxième partie

20141209_102732Un projet qui se compose en 6 parties.
1- La vue d’ensemble
Genre synopsis en une ou deux pages. Le projet du livre et l’évocation du marché, du public, de votre approche et de votre personnalité. Dans l’industrie du livre, tout se résume au tirage potentiel…

  1. L’analyse du marché
    En quoi votre livre sort du lot. Mettre en avant le public cible, les marchés de niches et les associations.
  2. L’approche ou le traitement
    Donner le nombres de pages, et le type d’écriture et pourquoi ça va être bon.
  3. La notice biographique
    Où vous allez expliquer que vous êtes le mieux placer pour écrire ce livre, mais aussi pour le défendre, en parler. Si vous êtes à l’aise pour passer dans une émission de télévision ou de radio.
  4. La table des matières et le découpage
    Soyez précis dans tous les chapitres pour montrer que vous pouvez écrire quelque chose de fort. Soigner le titre.
  5. L’échantillon.
    Les 2 premiers chapitres très bien écrit (environ 70 pages) sans oublier que la première page doit être INTERRESSANTE. Le lead étant l’accroche au premier paragraphe

Pour le roman : vous devez définir le genre, polar, jeunesse, aventure, avec au moins 100 pages à montrer sinon la moitié du roman.

Vous devrez faire le choix de modifier votre livre en fonction d’un éditeur ou l’écrire en entier dans l’ombre.

Pour le cinéma : structure forte pour un synopsis documentaire de 4 à 12 pages mais tout se joue sur l’accroche en première page.

Comment intéresser les autres?

Privilégiez vous la chance et les contacts ou l’éducation et le travail?

J’ai toujours été chanceux et j’ai toujours trouvé du travail et un lieu où dormir. Aujourd’hui je sais qu’il me faut rajouter (entre-autre) des apprentissages de vie et beaucoup de travail.

20141209_121730

 

  • Être préparé avant de rencontrer quelqu’un. (encore et toujours le synopsis) et le défendre verbalement.

Attention, un éditeur est un homme pressé capable de lire plusieurs de vos synopsis et de vous jauger en moins de 10 minutes. Vous vendez des idées en premier.

Restez humble. Choisissez les revues ou les maisons d’éditions dont vous aimez les articles ou les livres.

Pour avoir des contacts, utilisez les associations, (journalistes, écrivains….) et retrouvez tous ces gens dans des congrès, des salons du livre.

Comment évaluer les commandes et les idées des autres?

Apprendre à dire oui ou non .. ou peut être.

Deux types de commandes

Celle qui vient de votre synopsis (souvent transformée par l’éditeur)

Celle qui vient de l’éditeur (souvent nulle)

Pour la seconde, n’ayez pas peur de demander « en quoi est-ce intéressant? » et si ça ne vous intéresse pas vous pouvez toujours refuser. L’intérêt pour ce que vous faites, pour ce que vous écrivez doit être vital.

20141209_103104

Message important du chapitre 8

Ce que vous écrivez est à vous, et vous pouvez en faire ce que vous voulez, même si l’idée vient d’un autre. C’est Jean Benoît qui l’écrit, j’en prends ici bonne note et ainsi que : La réussite est dans l’art du recyclage.

Si vous voulez publier sur le marché international du livre, un agent sera indispensable.

1 manuscrit sur 100 sera édité

Un agent a une chance sur 2 de le placer

Idées fausses

Soumettre son projet à un seul éditeur

Faites jouer la concurrence

(Chapitre qui intéressera les écrivains voulant sortir du Québec)

Travailler seul dans son coin

Si votre idée est inintéressante, elle n’intéressera même pas votre partenaire

Jean Benoît parle de gestalt = faire que le tout soit plus grand que la somme de ses parties.

Alors est-ce vital pour moi de parler du livre Écrire pour vivre?
Non, mais j’ai du plaisir de retenir dans le livre de Jean Benoît Nadeau, ce dont j’ai besoin en ce moment et de le partager avec vous. Et j’aime son humour.
Ce qui est clair pour moi c’est que je n’arriverai à rien si je reste seul dans mon coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *