Je suis un écrivain japonais. Dany Laferrière

20140917_173405Un conseil de Dany le japonais. Bien choisir le titre du livre.

Les mots du titre vont le représenter. Pour les autres mots, il faudra ouvrir le livre. On n’est même pas obligé de le faire si le titre est bon. Genre : À la recherche du temps perdu.

Je suis un écrivain japonais est un livre qu’il faut ouvrir et ainsi découvrir des personnages déjantés :

La reine Midori, entourée de sa cour, qui étudie Yoko Ono pour la détrôner. Basho qui part en voyage. Bjork vivant dans l’imaginaire, transformée en poupée vaudou. Un concierge grecque qui ne pense qu’à l’argent et n’a jamais entendu le nom de Platon. L’assistant du vice consul du Japon, M. Tanizaki, qui enseigne la poésie. Les souvlakis de la belle Héléna. Le jeune policier débutant de Trois-Pistoles. Kero qui a fait sa thèse de doctorat sur Sagan. L’amitié de François, depuis l’enfance, qui évalue avec son cœur et non sa tête et que c’est précieux, mais lourd à porter. Shônagon qui cherche une histoire de son mari qu’il ne peut connaître. Rejean le tueur et les bottes de cow-boy de Richard Brautigan.

Et toute une série d’écrivains qui s’invitent carrément, ou passent le bout du nez entre les pages d’une histoire qui donne envie de bouger. Il y a des envies de saké, l’odeur de la sueur, mélangée à celle des algues d’une plage de Gaspésie que je parcours en lisant les lignes de Dany le japonais, ou sur le Mont Xalibu dans le vent glacé des Chic Choc.

20140917_124950

La ville de Montréal en décor et un livre pas encore écrit, pourtant aussi vivant qu’un coup de pied dans une fourmilière.

Ce que j’aime chez Dany Laferrière, c’est les dialogues.

– Je ne sais pas trop si vous êtes entrée dans mes rêves… votre voix me berce.
Elle rit.
– Si vous êtes toujours ainsi, ce sera génial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *