Les 6 raccourcis vers le bonheur

 

20140715_104724

La façon dont nous choisissons de voir le monde crée le monde que nous voyons. En changeant d’attitude face à la tristesse ou à la souffrance, on modifie la chimie du corps. En modifiant une croyance, on transforme le corps et l’esprit. Dans « Le bonheur c’est un choix », Barry Neil Kaufman vous donnent les six raccourcis vers le bonheur. Aimez ce qui vous arrive. Prenez cette décision maintenant et passez à l’action tout de suite. Comme le dis Olivier Lockert « Faites simple, choisissez le bonheur » …

Énoncez à haute voix « Je veux le bonheur » puis « Je choisis le bonheur ». Est-ce que vous pouvez sentir la différence d’énergie entre ces deux phrases ? La notion de choix est primordiale. En faisant des choix, en étant dans l’action, je suis responsable de ma vie, je crée ma vie.  Aujourd’hui, je choisi de reprendre ce texte qui avait disparu de mon ordinateur et de le terminer… avec le sourire.

Vivre son rêve

Pendant plusieurs années, Bears et sa femme se sont dévoués à la quête du bonheur. Un jour, un homme leur offre un merveilleux cadeau. L’art de poser des questions très simples et apprendre à explorer le monde des croyances. S’accepter soi même et accepter les autres avec joie et avec amour. Bears et sa famille vont utiliser cette méthode pour accompagner leur fils souffrant d’autisme. Aujourd’hui, Raun est un jeune homme heureux, curieux et intelligent. Cette aventure est relatée dans « Le miracle de l’Amour ».

Par la suite Bears et Samahria vont adopter trois autres enfants en difficultés.

Créer sa propre vision à vivre

De l’importance de changer les croyances qui nous limites pour ainsi changer les sentiments et les comportements qui découlent de cette croyance. Bears parle aussi des champs morphogénétiques qui sont un ensemble d’informations partagés par une espèce. Ce champ de communication invisible et intangible peut s’observer. Ce que nous apprenons peut être transmis à d’autres. Cela me fait penser à cette phrase d’Albert Jacquard que j’ai mis au début de mon livre « Haut et Bas »

– Manifester son bonheur est un devoir; être ouvertement heureux donne aux autres la preuve que le bonheur est possible.

L’option du bonheur

Bears parle ici de l‘époque ou il suivait une psychothérapie. Quand il râlait, grognait, le thérapeute à la fin de la séance lui disait,

« Bonne séance. Demeurez présent à votre problème »

Quand, quelques rares fois, il parlait de sa vie qui progressait et de ses réalisations positives, à la fin de la séance le thérapeute lui disait,

« Peut être que la prochaine fois vous aborderez les vrais problèmes et ferez du vrai travail »

Ainsi avant chaque séance, Bears se préparait pour trouver des événements tristes ou désagréables de sa vie sans se rendre compte qu’il devenait un disciple du malheur.

Assez rapidement il mit fin à son analyse. Pas besoin d’être malheureux maintenant pour être heureux plus tard.

S’épanouir dans un univers amical

Quelle est la vérité ? Laquelle est la plus valable ? Bears propose un travail pour abandonner nos jugements. L’erreur n’existe pas donc quelque soit notre décision, elle ne peut être mauvaise. Ensuite quelle est la vision qui nous plaît le plus. L’auteur a choisi le bonheur. Dans ce chapitre, Bears fait quelques remarques sur la magnificence de la terre, nommée Gaia qui est une créature vivante. Il parle du corps humain comme d’un appareil amical avec ses milliers de fonction pour nous garder en santé. Ou du comportement des oiseaux migrateurs qui utilisent le courant ascendant produit par l’oiseau de tête pour parcourir facilement des distances 70% plus grandes que s’ils étaient seuls.

Rien n’est impossible

Bears raconte comment, après la mort soudaine et brutale d’un jeune garçon, toute une famille au complet, réunie dans la magie du partage et de la communication, va transformer cette épreuve en guérison.

Les raccourcis vers le bonheur

La « décision d’être heureux » est en fait la décision de cesser d’être malheureux. Et comme toujours il faut poser une action. Le chemin, la voie est devant nous. Il suffit de faire un petit pas, puis un autre pas. L’important c’est d’avancer. Parfois les solutions les plus simples et les plus évidentes vont engendrer des miracles personnels.

  1. Accorder la priorité au bonheur

La première chose est de faire passer le bonheur avant toutes choses. Je me suis fait voler mon vieux vélo la semaine dernière dans mon jardin. J’ai ressenti un malaise en moi, car un voleur était venu chez nous, et que désormais je devrais barrer les portes et cadenasser les autres vélos. Je me suis dit, « c’est pas la perte d’un vélo qui va gâcher ma vie. Je choisi d’être bien avec ce qui m’arrive » Et la sensation de malaise c’est rapidement dissipée. La prochaine fois qu’un événement désagréable arrivera (dispute avec un conjoint, critique d’un collègue de travail, les cris d’un enfant…) Je vais me rappeler que ce que je veux avant tout, c’est d’être heureux.

  1. L’authenticité

L’authenticité c’est, sans devenir un «imbécile heureux», de revenir à l’insouciance et la spontanéité d’un jeune enfant. Être dans la curiosité et le plaisir d’expérimenter. Sans autres règles que de découvrir. Sans croyances religieuses ou sociales. Les lois changent, les textes sacrés sont interprétés au profit de certains. Bears redit ensuite que les masques que nous utilisons, nous font souffrir. « Ose devenir qui tu es » écrit André Gide. Oui il faut du courage pour être authentique. Bears raconte l’histoire de son ami d’enfance avec qui il participait à de nombreuses manifestations (contre la guerre, la famine ou l’injustice). La colère et l’indignation étaient l’essence de leur relation. Bears, au fil des années, choisi le chemin du bonheur tout en restant engagé. Son ami restant dans la colère et la rage, l’auteur choisi la liberté de resté lui-même et leur amitié prit fin. En abandonnant les masques qui ne sont pas vraiment nous, nous simplifions notre vie.

Vous pouvez commencer en exprimant à une autre personne un détail de vous-même gardé secret ou rarement confié à quiconque. Ensuite d’exposer vos pensées et vos sentiments lors d’une conversation.

  1. Cesser de porter des jugements

C’est notre façon de juger qui va engendrer des sentiments. Alors puisque que nous sommes des champions du jugement, pourquoi ne pas utiliser cette compétence et l’utiliser consciemment pour plus de bonheur. « Le secret du bonheur ne réside pas dans les événements mais dans la façon dont nous réagissons à ces événements » Je peux décider maintenant qu’un évènement difficile est pourtant un évènement bénéfique, ou en tout cas qu’il m’apporte l’occasion de faire un apprentissage. Pour Bears, renoncer à juger c’est une attitude d’acceptation. Ou de lâcher prise. Dés que l’on choisi d’accueillir et d’accepter les événements sans jugement, on commence à considérer ce qui nous arrive comme étant bon. Comme quelque chose d’intéressant et de nouveau à créer.

  1. Être présent

La tristesse n’existe pas dans le moment présent. Elle existe dans la réflexion au passé ou comme une projection du futur. Être présent c’est être conscient à ce qui se passe maintenant et pas hier ou demain. « Soit présent, donc heureux, et tu n’auras aucune raison de répéter un passé dont tu ne veux pas »

– Regarder la personne qui me parle, l’écouter (sans penser à ce que je pourrais dire ou ce que je fais ici) va me permettre de mieux la comprendre. Être conscient pendant quelques instants de la nourriture que je mange. Être conscient quand je marche en ville ou en forêt. Être présent quand je joue avec un enfant. Le livre de Thich Nhat Hanh « Vivre en pleine conscience » explique parfaitement comment être présent.

  1. Être reconnaissant

La gratitude est commune aux gens qui sont heureux. Pas obligé de dire merci à chaque fois. Être reconnaissant c’est aussi ce que je ressens quand je regarde l’aube et la brume se lever sur les collines dans le parc de la Gatineau ou que j’entends le rire de mes enfants.

On peut avoir de la gratitude pour des choses qui semblent moins « grandiose » comme le gout d’un abricot gorgé de soleil ramassé sur l’arbre, ou celui de rentré dans la chaleur d’un sauna… Pour l’instant, j’apprends à le faire.

20140608_092315

  1. Décider d’être heureux

Décider d’être heureux c’est une intention personnelle. Pas besoin d’avoir de raison. Je peux, par exemple, décider d’être heureux pendant la prochaine minute. Je peux être heureux pendant soixante secondes. Je peux aussi décider de prolonger ce moment de bonheur pendant une heure, ou une journée et encore plus. Pourquoi ? Parce que j’aime le bonheur, l’amour et vivre avec les autres avec gratitude et ravissement, répond Bears.

Tout au long du livre, Barry Neil Kaufman raconte des témoignages et les questions qu’il pose aux gens pour apporter un changement ou une prise de conscience dans leurs vies. Est-ce que tu te sens triste? Pourquoi? Est-ce que tu crois à cette raison? Qu’arriverait-il si tu n’y croyais pas? Est-ce que tu crois que cette tristesse est inévitable? Pourquoi est-ce que tu le crois? Qu’arriverait-il si tu ne le croyais pas? J’avoue qu’au fil de la lecture, j’attendais d’avoir des réponses ou des façons de faire pour vivre dans le bonheur. À la fin du livre, je me retrouve avec 6 raccourcis : Choisir le bonheur (chacun aura sa définition du bonheur), Être authentique et présent. Ne pas juger et être reconnaissant. C’est quand même un peu maigre comme recette. Alors je me dis que c’est pas la peine de juger. Ce livre comme les précédents parle de choses trop simples pour être attirantes. J’ai juste une question qui me vient à l’esprit,

« Est-ce que, consciemment, je choisi d’être heureux à chaque instant de ma vie » ?

29 juillet 2014

2 réflexions au sujet de « Les 6 raccourcis vers le bonheur »

  1. Vincent

    Bonjour
    J’aime ses commentaires ils me donne envie de lire le livre.
    L’authenticité ressemble à la pleine conscience.
    Plus je suis conscient de ma manière de respirer ,plus je suis conscient de l’instant et de ce que je suis .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *