Anita Moorjani: Mourir pour vivre ou comment vaincre ses peurs

Copie de 20140709_101059

Le thème de l’au-delà est présent dans ce nouvel article. Après l’Ange de la Mort de Don Miguel Ruiz, après le nirvana ou état de non peur de Thich Nhat Hanh, voici l’expérience de mort éminente d’Anita Moorjani. Le livre que j’avais fait acheter par la bibliothèque de Chelsea est en anglais et je vais faire de mon mieux pour vous en parler en français. J’aime le titre en anglais «  Dying to be me  » qui me fait penser au lâcher prise. C’est un livre qui parle d’Amour inconditionnel et de libération. Osez être vous-même nous redit Anita.

Dans l’avant-propos, Dr. Wayne W. Dyer explique que toutes les personnes, à qui il a présenté ce livre, ont ressenti une vague de paix qui remplaçait la peur. En ce 02 février 2006, Anita est emmené à l’hôpital dans un état très critique avec un cancer en phase terminal contre lequel elle vient de se battre pendant 4 longues années de souffrance. Elle est dans le coma et le médecin dit à sa famille qu’elle ne passera pas la nuit. Pourtant Anita voit tout, ne ressent plus aucune douleur, elle est consciente de ce qui se passe et se dit autour d’elle. Un voyage vers la liberté commence pour Anita.

Mais avant de nous partager son voyage, Anita raconte son enfance. Elle a été élevée à Hong Kong. Sa famille est Hindoue mais Anita va dans une école catholique. Vivre entre ses deux traditions sème la confusion dans son esprit. Dire à un enfant qu’il n’ira pas au paradis après sa mort s’il ne va pas à la messe le dimanche et n’étudie pas la bible n’est pas des plus intelligent à mon avis. Les années passent et souvent, Anita est en désaccord avec les coutumes de son pays d’origine, l’Inde. Une fille doit se marier et avoir des enfants rapidement. Elle rencontre l’amour de sa vie, Danny, et se marie quelques mois après le décès de son père. Elle ne se sent pas prête pour avoir des enfants et préfère se consacrer à son travail. À cette époque, Anita apprend que sa meilleure amie ainsi que son beau-frère reçoivent un diagnostic de cancer. En Avril 2002, Anita Moorjani doit faire un examen à l’hôpital car elle a découvert comme une grosseur au niveau de son épaule. Le résultat des examens montre un cancer de stade 2A. Dans cette partie du livre, Anita raconte l’insidieuse et inexorable avancé de la ‘’maladie’’. Elle raconte sa recherche en soins alternatifs ou pharmaceutiques pour vaincre le cancer, sa confusion face aux différents régimes que lui propose son entourage, face à l’information parfois contradictoire trouvée sur internet et dans les magazines. Jusqu’à ce 02 février 2006 ou son corps entièrement dans la souffrance, pensant en avoir fini avec sa bataille avec le cancer, elle est emmenée d’urgence à l’hôpital.

Dans la deuxième partie, alors qu’elle est dans le coma, que l’équipe médicale est autour d’elle et de sa famille, Anita entre dans un état où la douleur a disparu. Elle est consciente des gens qui sont dans la pièce et au-delà, les entend et ressent leurs émotions. Son père, décédé 10 ans auparavant est là aussi. Elle entre dans un domaine d’une clarté incroyable. Les mots sont trop petits pour expliquer son expérience. Il n’y a pas de temps, pas de frontière. Elle est connectée à toute chose. Son père lui explique que ce n’est pas encore le temps pour elle de venir dans ce domaine, que si elle va plus loin elle ne pourra pas retourner auprès de sa famille. Dans cette expérience Anita va découvrir qui elle est vraiment et que toute sa vie a été construite sur la peur. Elle sait maintenant, car elle vient de toucher l’énergie de l’Amour inconditionnel, que si elle revient dans son corps et qu’elle vit sans peur, celui-ci va guérir très vite. Anita sort de son coma et va être capable de quitter l’hôpital rapidement, malgré le regard septique des docteurs qui lui demanderont plusieurs séries de tests. Quand l’inexplicable défie notre pouvoir, l’esprit de certain se ferme encore plus. D’autre veulent comprendre comme le Dr. Peter KO qui va étudier le volumineux dossier médical d’Anita. Celle-ci voit la vie désormais avec un regard nouveau. Elle a besoin d’être avec des gens avec qui elle peut partager son expérience. Son témoignage arrivera jusqu’à Wayne Dyer. Le livre «  Dying to be me  » est né.

Dans la troisième partie, Anita explique ce qu’elle a compris au travers de cette NDE. Elle réalise qu’elle EST Amour et que nous sommes connectés à l’univers tout entier. Elle vit sa vie dans la joie et non dans la peur. Ce qui fait toute la différence. Dans le très émouvant témoignage d’Anita Moorjani interviewée par Lilou Mace, elle redit ceci « Je n’ai qu’à être moi-même et vivre ma vie avec abandon…et ma raison d’être se déploiera devant moi. Simplement permettre qu’elle s’exprime… c’est tout » Anita nous dit de garder notre pouvoir et de rester en contact avec notre magnificence. S’aimer inconditionnellement d’avoir du plaisir, de ne pas prendre la vie trop au sérieux, rire souvent et d’être sans peur.

Ce que je retiens du témoignage d’Anita, c’est la transparence, l’amour et la simplicité avec laquelle elle partage son expérience. Son message, c’est me libérer de mes peurs, d’oser être moi… et prendre la vie avec humour. Se libérer de nos peurs demande de faire un travail sur nous-même. Il y a des peurs connues et d’autres qui sont inconscientes. Trouvez la technique ou la façon de faire la meilleure pour vous, mais vous devrez, que cela vous plaise ou non, vous débarrasser de ses peurs pour enfin vivre, dans la sérénité, ce que vous êtes au plus proche de vous. Aujourd’hui, je laisse aller la peur de ne pas vivre ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *